mercredi, 03 juin 2015 00:00

Le pacemaker et la tomodensitométrie, réellement incompatibles ?

Écrit par 




En 2008 la célèbre et respectée Food and Drug Administration (FDA) a publié un avertissement sur les risques potentiels de réaliser un scanner chez des patients porteurs de stimulateurs cardiaques. En effet, selon deux études sur lesquelles sont basées ses conclusions, l’exposition du stimulateur aux rayons X pourrait provoquer des « chocs » involontaires des sondes ou tout simplement un dérèglement total du boitier entrainant une tachycardie ou une bradycardie.

Malgré une levée de boucliers importante au sein des radiologues et des cardiologues concernant cette publication, la FDA n’a pas modifié son avis depuis 2008 tout en précisant que si certaines études pertinentes seraient portées à sa connaissance, elle pourrait revoir sa décision. En soi, la FDA n’a pas interdit de réaliser des examens chez des patients porteurs d’un stimulateur mais le principe de précaution si cher à notre domaine à engendrer une attitude ultra conservatrice dans certains cas se traduisant, dans certains centres, par l’interdiction de réaliser ces examens. D’ailleurs, notons que nos institutions (belges ou françaises) se basent sur les recommandations de la FDA.

Combien de fois n’avons-nous pas entendu une phrase dans ce style : « Oulala, le boitier » lors du passage des rayons sur ce dernier témoignant d’une réelle inquiétude du personnel soignant. D’ailleurs, il n’est pas rare de demander une consultation en cardiologie après le passage au scanner afin de vérifier le bon fonctionnement dudit dispositif.

Toutefois une nouvelle étude rétrospective vient d’être publiée dans le journal de l’American College of Cardiology portant sur 500 personnes équipées d’un stimulateur cardiaque (184) ou d’un défibrillateur (332) pour un total de 516 scanners réalisés sur deux sites entre juillet 2000 et mai 2010. Les résultats sont sans appel et ne mettent pas en évidence une accélération/décélération du rythme cardiaque, aucun patient n’a reçu un « choc » inapproprié et aucun patient n’a du être hospitalisé après le scanner pour recalibrer le dispositif de stimulation. En outre, aucun patient n’est décédé suite à l’exposition de son dispositif aux rayons X.

Le Dr Dickfeld, responsable de l’étude, conclu : « Ces résultats confirment que l’imagerie CT ne semble pas interférer avec la programmation des dispositifs de stimulation, ni conduisent à des événements cliniques indésirables. Il n’y a aucune évolution péjorative de la performance de ces dispositifs à cause de la tomodensitométrie. Une tomodensitométrie indiquée pour l’état d’un patient ne doit en aucun cas être annulée ou retardée car un patient est porteur d’un stimulateur. »

La FDA aurait-elle été trop prudente ? En effet, sa recommandation a été publiée en 2008 mais les études sur lesquelles elle s’est basée datent de 2006 et de 2007 et ne disposent pas d’un recul suffisant et d’une pratique clinique quotidienne. D’ailleurs, la FDA déclare, suite à la publication de cette dernière étude, qu’elle est prête à revoir sa position sur l’analyse des données et qu’elle donnera publiquement son avis mais qu’à ce jour elle reste campée sur sa position de 2008.








Sources :
Safety  of Computed Tomography in Patients With Cardiac Rhythm Management Devices Assessment of the US Food and Drug Administration Advisory in Clinical Practice Timm Dickfeld, MD, PhD & all, J Am Coll Cardiol. 2014;63(17):1769-1775. doi:10.1016/j.jacc.2013.12.040

FDA Preliminary Public Health Notification: Possible Malfunction of Electronic Medical Devices Caused by Computed Tomography (CT) Scanning, Date July 14, 2008